formation sans diplôme

Chaque année à cette période, les élèves de terminales, prennent connaissance des premières réponses apportées à leurs souhaits d’orientation. Cette étape vient en conclusion d’une période d’incertitude pendant laquelle de nombreuses démarches (visite des salons, JPO, échanges divers et variés avec les acteurs de la formation) ont été entreprises pour faire un choix.

Force est de constater que ce choix qui engage et qui est aussi structurant pour le devenir de chacun doit se faire sous-contrainte, dans un cadre bien balisé.  Cela exclut l’examen attentif de tout profil atypique et/ou ne rentrant pas dans un moule préétabli.

Ainsi va la démarche d’orientation qui devrait pourtant permettre d’aider à faire le lien entre ce que l’on est, ses aspirations, valeurs, aptitudes et centres d’intérêt avec les compétences et savoir-faire exigés par les différents métiers. D’autant que les domaines métiers (Communication, marketing, digital, comptabilité, Gestion de la paie, développement commercial, etc…) sont vastes et que les frontières entre eux poreuses.  Par ailleurs, la rapidité avec laquelle les métiers vont évoluer exigera d’avantage une capacité d’adaptation qu’une expertise pointue. Dès lors, le profil d’un étudiant ayant choisi après une première étape de formation, de découvrir un nouveau pays, une nouvelle langue, une nouvelle culture apparaît comme judicieux à ce titre. Néanmoins, il peut être handicapant s’il souhaite reprendre un cursus car son parcours n’est plus en adéquation avec les standards exigés.

 

Titres professionnels et orientation : l’évolution des exigences

 

On observe aussi que les besoins des entreprises sur les professions dites intermédiaires sont peu ou mal pourvus. Cela s’explique en partie par la course au BAC+5 avec comme corollaire bien souvent, une grande frustration générée par la différence entre le niveau de qualification validé et l’emploi intégré.  L’explication vient aussi du fait que les diplômes type BTS ou DUT n’apparaissent pas toujours bien adaptés aux exigences des entreprises.

Et pourtant ! Il existe des formations courtes de niveau III (BAC+2) préparant à des métiers de techniciens permettant de se professionnaliser sur 7 à 10 mois en répondant aux besoins des entreprises avec comme finalité l’emploi.

Cette possibilité est totalement méconnue des élèves et étudiants en particulier ceux en BAC PRO pour qui cela pourrait constituer une réelle opportunité. Cette incongruité ne peut s’expliquer par le manque de sources d’informations tant celles-ci sont multiples. La préparation de titres professionnels de niveau III permet pourtant de monter en compétences sur un métier et offre de réelles chances d’intégrer le marché du travail au bout de quelques mois !

Il est donc cocasse de constater que le système de certification professionnelle, à priori non légitime donc absent dans les choix d’orientation post-bac, est omniprésent dans les choix post-BTS.

 

titres professionnels et orientation

 

Sans diplôme, les possibilités de formations sont donc nombreuses

 

Malgré le manque de communication à ce sujet, il est loin d’être inenvisageable de démarrer une formation lorsque l’on ne possède pas de diplôme au préalable. Si l’on peut penser que cela ne concerne des formations que dans un secteur d’activité bien précis et suivant des cursus particuliers ou des études spéciales, c’est une erreur ! Vous pouvez vous intéresser à toutes sorte de domaines :

  • Communication
  • Marketing
  • Digital
  • Comptabilité
  • Gestion de paie
  • Développement commercial
  • Etc

C’est une réalité puisque chez B-forjob, nous formons chaque année des personnes à ces disciplines à travers des formations accessibles à tous. Notre philosophie ? Miser sur les compétences, l’expérience et même le capital humain qui en disent souvent bien plus sur la capacité d’une personne à exercer un métier que la potentielle détention d’un quelconque diplôme.

 

Pourquoi est-on si mal informé sur la formation sans diplôme et sur les titres professionnels ?

 

La France est le pays du diplôme ! Ce constat conduit d’ailleurs de nombreuses écoles à accoler une dénomination diplômante à leurs titres professionnels qualifiants. Pour connaître la différence, nous vous invitons à consulter notre article Diplômante ou qualifiante, la différence pour votre formation.  On pourrait ainsi penser qu’un Mastère ou un Master, c’est la même chose ! Et pourtant non, car seul le ministère de l’éducation nationale peut délivrer les diplômes type BTS, Licence ou Master.

Cette confusion conforte l’idée que tout se joue sur le diplôme et qu’il s’agit d’un passage obligé ! D’autant que certaines écoles n’acceptent des candidats qu’à partir d’un certain niveau de diplôme. La réalité est que cela ne répond pas toujours à une obligation légale mais que cela relève d’un positionnement valorisant de fait le cursus proposé ou d’une méthode « d’écrémage » permettant d’opérer un premier tri parmi les candidatures. Vous pouvez ainsi parfaitement envisager de faire une formation de chargé de développement communication et marketing digital en étant simplement muni d’une bonne motivation ou quelques expériences, mais sans diplôme.

 

Les titres comme solution à la formation sans diplome

 

Les raisons profondes de ce manque d’informations

 

Depuis quelques années, la préparation à des titres professionnels certifiés par l’Etat du niveau II au niveau I, est en effet devenue quasiment la règle dans les établissements d’enseignement supérieur technique privés. Et ce système censé accompagner l’intégration professionnelle accompagne désormais la poursuite d’études donc d’années de scolarité, ce qui laisse songeur quand on connaît sa philosophie initiale !

Une première explication de cette dérive est l’absence dans l’essentiel des cas, de reconnaissance académique des programmes Bachelor, terme qui, par la magie du marketing, est devenu au fil des ans un standard d’études pour beaucoup de lycéens. Elle a poussé bon nombre d’écoles à accoler à un système d’inspiration scolaire, un système d’inspiration professionnel reconnu, en composant en partie avec ses exigences professionnelles.

Une deuxième explication vient de la fuite en avant de beaucoup d’apprenants vers le diplôme le plus élevé. Marqueur social, le diplôme est évidemment un symbole de réussite et de fierté pour les familles.

Enfin, une troisième explication réside dans le besoin de sécurisation des apprenants et par la volonté de retarder le plus tard possible l’insertion professionnelle. Cette attitude est liée parfois à l’absence de véritable projet professionnel. Elle part aussi du constat que plus le diplôme est élevé, plus l’intégration professionnelle est aisée.

Cependant, le diplôme qui est une valeur refuge pour beaucoup de familles et d’étudiants, apparait aussi pour une part croissante de professionnels comme démonétisé. En effet, il ne permet pas toujours de répondre aux exigences en matière d’aptitudes et de compétences recherchées.

 

Peut-on trouver une formation rémunérée sans diplôme ?

 

Une interrogation qui revient souvent est celle concernant la possibilité de trouver une formation sans diplôme et offrant néanmoins une rémunération. Si la formation en elle-même n’est pas source de rémunération, elle est parfaitement réalisable dans le cadre d’une alternance. La formation en alternance vous permet, comme son nom l’indique, d’alterner entre les périodes d’études et les périodes en entreprise. En plus de vous offrir une rémunération, ce mode de fonctionnement offre de nombreux avantages :

  • Cela vous permet de mettre en pratique vos savoirs acquis,
  • Cela vous familiarise avec le monde de l’entreprise,
  • Cela vous Permet de connaître concrètement un secteur d’activité

L’alternance est aussi bien intéressante pour un adulte se réorientant et ne souhaitant pas totalement se couper de la vie professionnelle que pour une jeune personne souhaitant mener des études tout en mettant un premier pied dans l’entreprise. Généralement, c’est un énorme plus pour décrocher un emploi en fin d’étude puisque vous disposez déjà d’une expérience professionnelle significative.

 

formation rémunérée sans diplome

 

 

Des possibilités de formation courte sans diplôme

 

De nombreuses demandes existent également sur le fait de réaliser une formation courte lorsque l’on ne possède pas de diplôme. Généralement, cela provient du fait que l’on a rapidement besoin de rentrer dans le marché du travail ou que les études ne sont que peu motivantes. Si vous êtes dans cette situation, une nouvelle fois bonne nouvelle : cela n’a rien d’une exigence irréalisable, bien au contraire !

A titre d’exemple, l’ensemble des formations de B-Forjob sont réalisables en moins de 10 mois. Elles donnent pour autant accès à un niveau III reconnu par le ministère du travail, un bac +2 donc. Ces titres professionnels sont plus rapides à obtenir qu’un classique BTS et sont pourtant reconnus et offrent bien souvent une réponse plus adaptée au marché du travail. Ce sont donc des formations courtes accessibles sans diplôme, qui plus est. Le manque de communication à leur sujet est souvent source d’erreur d’orientation chez bien des jeunes… et moins jeunes !

Le diplôme n’est plus forcément l’argument imparable pour postuler sur certains types de postes et/ou pour intégrer des formations courtes professionnalisantes. Avoir au préalable un projet, une personnalité, des passions, un savoir être, une ou plusieurs expériences valorisables, sont des atouts qu’il ne faut pas sous-estimer. Ils sont d’ailleurs souvent recherchés dans le cadre de l’intégration de parcours de formation validés par des titres professionnels préparant à des métiers exigeant des aptitudes bien spécifiques.

 

Nos formations accessibles sans diplôme

 

C’est le cas chez B-FORJOB où il est parfaitement possible d’effectuer une formation de chargé de développement commercial et digital sans diplôme au préalable. A condition toutefois, d’avoir un projet, d’être motivé(e), de posséder des compétences acquises monopolisables pour la formation en particulier lorsqu’elle se déroule dans le cadre de l’alternance.

Il en est de même pour l’ensemble des formations de B-FORJOB qui sont proposées :

 

Le capital humain est donc essentiel car plus que jamais, hormis certains diplômes, c’est l’individu qui fait la différence !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires